Le Jardin potager

Les Pommes de terre

Les pommes de terre sont les légumes les plus faciles à cultiver

On ne sème pas les pommes de terre, on plante plutôt des tubercules de la grosseur d'un oeuf, en s'assurant qu'il y ait au moins un germe. Il est important de ne pas employer les pommes de terre de consommation mais plutôt des tubercules de plantation "Certifiés" exempts de maladies à votre jardinerie locale, afin d'éviter de véhiculer des maladies et des insectes.

Un assolement de quatre ans est nécessaire pour éviter de propager les maladies et les insectes d'une année à l'autre. Une autre précaution à prendre est de mettre aux vidanges et de ne pas composter les fanes et plants morts de pomme de terre.


Le compagnonnage

Le compagnonnage est une des méthodes pour diminuer ou parfois éliminer les doryphores ravageurs des pommes de terre.

Je conseille d'alterner un rang de pommes de terre avec un rang de fève, de laitue, de chou, de maïs ou d'oeillet d'Inde. Cela a pour effet de mêler les odeurs des plantes, ainsi les doryphores auront de la difficulté à détecter la présence des pommes de terres et même certains des légumes les éloignent tout simplement.

Les fines herbes comme le catnip, la coriande, le lamiun, qui éloignent les doryphones sont aussi utiles. Les fleurs qui éloignent les doryphores sont principalement l'oeillet d'Inde et le pétunia.

Le datura éloigne les doryphores des patates en les attirant sur lui, la première de génération de doryphore les apprécies et y pond ses oeufs. Les larves qui éclosent consomment immédiatement le datura et en meurent d'une "overdose" de datura. Les deuxièmes et troisièmes générations de doryphores sont ainsi éliminées. La variété de datura la plus efficace est la stramoïane, mais c'est aussi la plus dangereuse et mortelle.

Une autre méthode est de planter des aubergines, un peu à l'écart des pommes de terre, elles vont attirer sur elles les doryphones et vous n'aurez qu'à les ceuiller à la main.


La plantation

La pomme de terre demande un sol avec un pH entre 5.2 et 5.8 avec une bonne application de fumier ou de compost dans un sol léger, les sols sablonneux sont l'idéal. Il ne faut pas les cultiver dans un sol qui a été récemment amendé avec de la chaux. Vous pouvez aussi incorporer du 4-12-8, en prenant soin de bien le mélanger avec le sol.

Plantez les pommes de terre à partir du début de mai (région de la Montérégie) à une profondeur de 10 centimètres et un espacement de 30 centimètres. Si vous avez des gros tubercules vous pouvez le diviser en segments de la grosseur d'un oeuf en s'assurant que chaque segment ait un germe. Laisser sécher la coupure quelques heures avant de planter.

La levée se produit deux à trois semaines après la plantation.


L'entretien

Trois semaines après la plantation incorporez du nitrate d'ammoniaque pour activer la croissance. Binez régulièrement le sol. Après il ne sera plus nécessaire d'ajouter d'engrais la balance de la saison.

Au fur et à mesure que les plants poussent, les butter jusqu'à une hauteur de 15 à 20 centimètres de haut. Prenez soin de ne mettre à jour des tubercules, ceux-ci développeraient une coloration verte qui est poison. Un paillage entre les rangs est donc conseillé. Arrachez régulièrement les mauvaises herbes.

Surveillez l'apparition des doryphores, il faut alors les enlever à la main ou arroser avec du méthoxychlore. Les pucerons seront contrôlés avec du diazinon ou en les arrosant pour les enlever avec un jet d'eau.


La récolte

Vous pouvez commencer à récolter vos pommes de terre à partir du moment ou les plants sont en fleurs pour avoir des "patates nouvelles".

Les tubercules sont réellent mûrs lorsque les plants jaunissent et meurent. La récolte peut alors se faire immédiatement ou une ou deux semaines plus tard.

Les pommes de terres sont lavées, laissées sécher à l'ombre puis entreposées à une température de 3 à 6 degrés Celsius, sur des lattes pour s'assurer de la circulation d'air en-dessous des tubercules. À 0 Celsius les pommes de terre vont prendre un goût sucré puis commencer à se ramollir pour finalement pourrir.

Réjean Genest, horticulteur


Retour à la page d'accueil du jardin potager
 | Le choix du site  | La préparation du sol  | La rotation des cultures  | Les engrais verts  |  Les éléments nutritifs
 |  Le pH du sol  | Le compostage | 

 | Les semis intérieurs  | Les semis extérieurs  | Les transplantations  | Longévité des graines | 
 | Le compagnonnage  | Le contrôle des indésirables  | Les récoltes et entreposage |   | La congélation | 

 | Les légumes bulbes  | Les légunes racines  | Les légumes feuilles  | Les légumineuses | 
 | Les légumes tiges  | Les solanacées  | Les cucurbitacées | 

 | Les choux  | Le topinambour  | Les pommes de terre  | Les tomates  | Le maïs  | La rhubarbe | 

 | Les travaux de janvier  | Les travaux de février  | Les travaux de mars  | Les travaux d'avril | 
 | Les travaux de mai  | Les travaux de juin  | Les travaux de juillet  | Les travaux d'août | 
 | Les travaux de septembre  | Les travaux d'octobre  | Les travaux de novembre  | Les travaux d'décembre

rejeangenest@hotmail.com

Copyright © 2000, Les Beaux Jardins
Ver. 2.5 -- Révisé -- 28 janvier 2017