D- Les trois catégories de tissus différenciés d'une plante

Les cellules différenciées d'une plante, c'est-a-dire non embrionnaires, se classent en trois catégories de tissus: les tissus de revêtements, les tissus conducteurs et les tissus fondamentaux. Chaque catégorie se retrouve à tous les niveaux de la plante, même si les caractéristiques spécifiques des tissus et leurs positions relatives varient d'un organe à l'autre.

- Les tissus de revêtements ou épiderme se composent normalement d'une seule couche de cellules serrées qui recouvrent et protègent toutes les parties d'une jeune plante en contact avec le monde extérieur. L'épiderme possède certaines caractéristiques compatibles avec la fonction de l'organe qu'il recouvre.

- Les tissus conducteurs répartis dans toute la plante sont le xylème et le phloème qui assurent le transport des nutriments et le soutien de la plante.

- Les tissus fondamentaux constituent la majeure partie de la jeune plante. Ils s'insèrent entre entre les deux autres tissus et comblent l'espace. Ce sont les collenchymes, les parenchymes et le sclérenchyme. La photosynthèse, l'entreposage et le soutien font partie des fonctions assurées par les tissus fondamentaux. Les cellules sécrétrices font aussi partie de ce groupe.

Les méristèmes

Les végétaux croissent de façon illimitée parce qu'ils produisent constamment des tissus embryonnaires appelés méristèmes. Les cellules des méristèmes sont indifférenciées.

- Les cellules initiales, se divisent afin de regénérer les méristèmes.

- Les cellules dérivées, se spécialisent et s'incorporent aux tissus de la plante en croissance.

- Cependant certains organes, comme la feuille et la fleur, connaissent une croissance définie

- Les méristèmes apicaux, situés à l'extrémité des racines et des branches dans les bourgeons, fournissent les cellules nécessaires à la croissance en longueur. Ce type de croissance s'appelle croissance primaire. Les plantes herbacées ne connaissent qu'une croissance primaire.

- Les méristèmes latéraux , produisent un élargissement progressif des racines et des pousses. La croissance secondaire se produit grâce aux méristèmes latéraux qui produit un élargissement progressif des racines et des pousses.

Tissus

La caractéristique qui permet de distinguer un organisme pluricellulaire d'une colonie de cellules est la répartition du travail entre les cellules dont la structure et la fonction diffèrent. Lorsqu'on observe chaque type de cellules, on constate que les adaptations structurales qu'elles ont subies leur permettent de réaliser des fonctions spécifiques.

Les cellules des parenchymes sont les moins différenciées de toutes les cellules végétales. Elles ne possèdent pas de paroi secondaire; leur paroi primaire demeure mince et flexible. Une grande vacuole occupe généralement le centre du protoplasme. La majeure partie du métabolisme de la plante s'effectue dans les cellules des parenchymes. Elles synthétisent et emmagasinent diverses substances organiques. La photosynthèse se produit à l'intérieur des chloroplastes des cellules parenchymateuses des feuilles. Elles conservent la capacité de se diviser et de se différencier en d'autres types de cellules, pour contribuer à la réparation ou au remplacement des organes.

Les cellules du collenchyme composent le tissu de soutien. Elles possèdent un protoplasme entouré uniquement d'une paroi primaire. Cependant la paroi cellulaire primaire, d'épaisseur variable, offre plus de robustesse grâce à un supplément de cellulose. Elles forment des cylindres ou des fibres entrecoisées et fournissent ainsi un support aux jeunes parties de la plante. Elles assurent donc un soutien à la plante tout en permettant sa croissance. Elles s'allongent en même temps que les tiges et les feuilles.

Les cellules du sclérenchyme composent les tissus de soutien des parties plus matures de la plante. Leur paroi secondaire épaisse composée de lignine leur assure une plus grande rigidité, Les cellules du sclérenchyme apparaissent dans les régions de la plante où la croissance en longueur a cessé. Les cellules du collenchyme forment des fibres ou des sclérites organisées en faisceaux.

Les cellules spécialisées dans la circulation de la sève

Les tissus conducteurs des feuilles se trouvent près de la surface, se prolongent dans la tige et forment plusieurs îlots de conduits appelés faisceaux libéroligneux, situés en périphérie de la tige ou distribués inégalement dans toute la tige. Au point de jonction entre la tige et la racine, les faisceaux libéroligneux convergent vers la stèle. Dans la racine, les faisceaux libéroligneux se concentrent dans la stèle, c'est à dire au coeur de la racine.

- a, colonnes de vaisseaux du xylème, conducteurs de sève brute, de nombreuses ponctuations sont visibles sur les parois latérales

- b, tubes criblés du phloème, conducteurs de sève élaborée, les parois terminales sont appelés cribles

Les trachéides et vaisseaux

Les trachéides scalariformes ou ponctuées sont les premières cellules à se transformer en tube conducteur de sève. Les trachéides scalaridormes se retrouvent chez les ptéridophytes et les trachéides ponctuées chez les gymnospermes. Les vaisseaux se retrouvent chez les angiospermes.

à droite, de gauche à droite
une trachéide à ponctuation aérolée
un vaisseau avec ponctuations en bandes scalariformes
un vaisseau avec des perforations en larges bandes
un vaisseau à perforation complète

Les vaisseaux parfaits sont des tubes continus, formés par la superposition de cellules mortes dont les cloisons séparatrices transversales ont disparues et dont les parois longitudinales portent des épaississement de lignine.

Ces épaississements dessinent une ornementation.
a - annelé
b et c - spiralé
d - rayé
e - réticulé
f - ponctué

Schéma de l'évolution des vaisseaux parfaits

de gauche à droite

- Trachéide de Pinus à ponctuations aérolées réparties sur les faces longitudinales

- Ponctuations d'Ephedra qui se disposent sur les faces transversales en biseau et qui sont perforées, les ponctuations latérales cessent d'être fonctionnelles

- Les places transversales d'Amentacées deviennent très importantes

- Dicotylédones ligneuses dont la paroi est complètement perforée

- Les parois transversales perforées sont horizontales

   TABLE DES MATIÈRES