L'agriculture urbaine
Les poules en ville
Les Jardiniers en cavale

proclament leur droit de jardiner en ville

Site des références
Les Beaux Jardins

Sites des chroniques
L'agriculture urbaine
Les poules en ville
Modèles de poulaillers


Jardinons avec...

.

Les jardins potager

.

Les jardins de fruitiers

.

Les jardins de fleurs

.

Aménagement paysager

.

Les oiseaux au jardin
L'élevage des poules en ville

Il est impensable d'imaginer installer une poule sur son balcon. La poule a besoin d'un espace herbeux et d'un endroit pour dormir et se protéger. Seuls les grands terrains et les endroits semi-ruraux leurs conviennent.

Un poulailler a besoin d'au moins de 0,5 m² par poule. Le poulailler a pour but de protéger les poules du froid, elles sont frileuses, des pluies mais aussi de les protéger des prédateurs (renards par exemple), la nuit lorsqu'elles dorment. Lorsqu'il fait un temps maussade, les poules demeurent dans le poulailler. Le soir, elles y retournent d'elles-même afin de s'y préparer pour y passer la nuit.

Fermez l'accès au poulailler chaque soir et donnez-leur l'accès à l'extérieur chaque matin, c'est une question de sécurité et de qualité de vie pour elles.

Un enclos de quelques mètres carré par poule est suffisant à la condition que vous leur donniez chaque jour des restes de tables et les résidus de sarclage.

Par surplus, elles vous donneront un oeuf par jour ou à tous les deux jours selon la race ou la période de l'année.

Dans les grandes villes, les poulaillers sont parfois situés sur le toit des édifices.

Un poulailler pour 3 à 4 poules

Les poules au jardin

Les poules se nourrissent des gaines de toutes sortes mêmes de mauvaises herbes, des nouvelles pousses de mauvaises herbes, des insectes du sol, des limaces, des perce-oreilles et autres insectes sur les plantes. Elles sont donc d'une grande utilité pour débarrasser le jardin des insectes du sol et des nouvelles pousses après le sarclage.

Laissez-les nettoyer votre jardin potager quelques heures, après avoir travaillé le sol, avant les semis et après les récoltes. Faites leur un enclos temporaire et plazez-y les poules pour la journée. De plus, leurs fientes riches en azote, fertiliseront votre potager.

Une poule c'est aussi le meilleur insecticide naturel contre les vers blancs dans votre pelouse. C'est avantageux lorsque votre cour est clôturée ou lorsque vous avez un grand terrain, il suffit de laisser votre poule en liberté sur votre terrain le jour.

Les anciens cultivateurs savaient qu'en laissant les poules libres dans la cour de la ferme, elles leur rendaient des grands services.

La nourriture des poules

Les poules se nourrissent de débris organiques et de grains de peu de valeur ; elles utilisent quantité de déchets qui sans ils seraient perdus. Elles en mangent 150 kilos par année par poule.

Donnez-leur les résidus de désherbage et de taille des plantes, fleurs fanées, fruits véreux et les restes de viande sans graisse, céréales passées date ou abimées par les insectes, légumes défraîchis, restants de table, les pâtes alimentaires. Les graines pour les pinsons, perruches, perroquets et oiseaux sauvages leur conviennent aussi. En hiver, ajoutez de la salade à leur menu. Ajoutez des graines de lin à leur menu, les oeufs contiendront des Oméga-3.

Les grains réchauffants comme le blé, le sarrazin, l'avoine, le tournesol et de chanvre ainsi que pommes de terre cuites données chaudes, activent la ponte. En somme, elles peuvent manger tout ce que vous mangez, sans les assaisonnements...

Ne leur donnez pas de plantes poison tels le feuillage des rhubarbes, des pommes de terre et des tomates, ni de fleurs poisons comme les pétunias, daturas, lantanas, nérium.

Deux repas par jours sont recommandés, un le matin et l'autre en fin de journée.

La méthode traditionnelle consiste à donner des céréales (blé, orge, maïs) mais il est indispensable de posséder un grand espace pour que la poule puisse trouver un complément d'alimentation (herbes, insectes, vers) et de leur donner de temps en temps des vitamines et oligoéléments. Donnez-leur en journée les restes de desherbage et de table.

Une autre méthode consiste à donner des aliments du commerce : aliment poulette, finition, pondeuses. J'ai nourri mes poules de cette façon en hiver, en ajoutant bien sur, les restes de table.

Il est possible de mélanger les deux méthodes.

Il ne faut pas oublier de donner à la poule de l'eau propre, fraîche et renouvelée très régulièrement chaque jour. Placez l'eau toujours à l'ombre.

poules en liberté

poules en enclos, il n'y a plus de végétation

L'élevage des poules

L'aménagement du poulailler : on pourra disposer de différents matériels

les perchoirs en bois : à 1,20 m au-dessus du sol car les poules sont en compétition pour avoir le plus haut perchoir. Les perchoirs, où dorment les poules, seront constitués par des lattes de 3 à 4 centimètres de largeur sur 2 centimètres d'épaisseur, leur nombre et leur longueur étant fonction du nombre d'habitants, à raison de cinq poules au mètre par perchoir.

Chaque perchoir sera distant du précédent de 20 centimètres environ et le plus bas sera placé à 70 centimètres environ du sol. En-dessous, à 20 centimètres, vous placerez un paillis qui recueillera les fientes et sera changé deux fois par semaine.

Les bacs à gravier sont indispensables; en effet, c'est grâce au gravier que les graines ingérées seront broyées dans le gésier de vos poules. Des casseroles hors d'usage pourront très bien en tenir lieu.

Les bacs à sable sont recommandés; ils sont constitués par de vieilles caisses, par exemple, ils seront remplis de sable. Les poules viendront s'y rouler pour se nettoyer, vous éviterez ainsi la prolifération des parasites.

Les pondoirs : au moins un pour 3 poules, placés dans un coin peu lumineux . Les pondoirs individuels, seront constitués par de petites caisses de bois cubiques, de 35 centimètres d'arête, garnies de paille ou de copeaux de bois blanc. Vous les placerez le long d'un mur, on peut les insérer dans un mur, comme les niches d'un colombier, leur corps se terminera à l'extérieur du poulailler; là, ils seront clos par une trappe grâce à laquelle vous aurez accès aux œufs. Ce système facilite le ramassage des œufs

A noter: vous doterez ce poulailler de l'électricité si vous désirez augmenter le rendement de la ponte en hiver. En allumant le matin avant le lever du jour, et fermerez le soir vers vingt heures.

Les mangeoires : sont à trémie métal ou émaillée, une mangeoire linéaire. Les mangeoires ou trémies, que l'on achète dans les magasins spécialisés, devront être en quantité suffisante. Il faut compter 15 centimètres de trémie par poule. Dans les trémies vous servirez pâtée et verdure, mais pour les grains vous utiliserez des trémies particulières qui distribuent le grain pour éviter le gaspillage.

L'abreuvoir : est placé à l'extérieur pour éviter l'entrer d'humidité dans le poulailler, sauf en hiver, il est placé à l'intérieur. Les abreuvoirs les plus pratiques sont de type siphoïde: ils évitent aux oiseaux de polluer l'eau par des bains inutiles. Si vous les achetez dans le commerce, utilisez des abreuvoirs contenant six litres d'eau et placez-en trois pour dix sujets. Vous pouvez construire vous-même des abreuvoirs de ce type à l'aide d'une bouteille renversée sur un récipient circulaire.

La litière : est constituée de copeaux ou de paille que vous changez régulièrement chaque semaine, cela évite les maladies et diminue les odeurs qui deviennent fortes. Une poule produit 100 kilos de fientes pas année, bien composté avec la litière, des feuilles mortes (de l'automme précédent et conservées dans des sacs oranges) et de la terre, pour éliminer les odeurs, cela représente une quantité importante de fertilisants.

L'éclairage sera assuré par des baies vitrées d'une surface égale au tiers de la façade. Ces baies vitrées seront ouvrables pour assurer une aération supplémentaire à la belle saison.

Le libre parcours : est un endroit très vaste très apprécié par les poules Le parcours en semi-liberté : qui est souvent une prairie close, avec quelques arbres qui procureront de l'ombre et des buissons touffus qui serviront d'abri aux volailles mais aussi de réserve alimentaire (insectes). Si notre parcelle est trop humide on devra envisager un système de drainage.

La surface du terrain devra être en rapport avec le nombre de poules soit environ 2 m² par poule, pour les petits élevages.

Nous devrons également entourer le terrain d'une clôture.

poulailler pour quelques douzaines de poules

bac de sable

un beau petit poulailler pour 4 ou 5 poules


Protégez l'enclos des prédateurs par un grillage dans le sol

L'élevage des poussins

Trente heures environ après l'éclosion, vous placerez vos poussins dans la poussinière, sous l'éleveuse artificielle. Les poussins ont besoin de chaleur, placez-leur une lumière infra-rouge à un mètre au dessus du sol ou chauffez votre poulailler. Cette dernière devra assurer aux poussins une température constante de 34°C la première semaine, de 30°C la seconde, de 28 °C la troisième et diminuer de 2°C les semaines suivantes pour arriver à 22°C la sixième semaine, ensuite les poussins rejoindront les adultes au poulailler.

Vous pouvez acheter des poussins à votre coopérative locale, ils vous avertiront dès la réception des poussins et vous devrez aller les prendre la journée même.

La surface idéale est d'environ 1 m² pour 30 poussins.

Le 1 er jour, le poussin se nourrit des réserves qu'il a effectué durant son développement dans l'oeuf. Les 7 premiers jours, les poussins mangent très peu pendant cette première semaine; ce n'est qu'après ce temps que leur croissance se précipitera et que leurs besoins s'intensifieront.

Le 2 ème jour, le poussin devra être nourrit avec du maïs concassé, du jaune d'ouf et de lait. Au cours de la première semaine, il faut rajouter progressivement des verdures hachées.

Durant la deuxième semaine, le poussin mangera en plus des graines germées (avoine) et un peu d'huile de foie de morue, ce qui lui fera le plus grand bien.

Au-delà de 15 jours, à 3 semaines, les poussins pourront manger comme les poules adultes. Pour nourrir le poussin vous pourrez également trouver des aliments émiettés dans le commerce.

N'oubliez pas de lui donner de l'eau propre et fraîche très régulièrement.

Les oeufs

Une poule pond à partir de sa vingtième semaine. Au bout de 3 ans, une poule donnera beaucoup mois d'oeufs. Après 8 ans, elle ne pond plus du tout. Une poule vit une dizaine d'années mais peut vivre jusqu'à 15 ans.

Que veulent dire excellente ou bonne pondeuse?
Une poule qualifiée d'excellente pondeuse pond : 200 à 300 oeufs environ par an.
Une poule qualifiée de très bonne pondeuse pond : 200 œufs environ par an.
Une poule qualité de bonne pondeuse pond : 100 à 150 œufs environ par an.

Souvent c'est la race qui détermine la quantitée d'oeufs pondus annuellement.

Les moeurs des poules

Le coq polygane est intrépide, hardi et vigilant, règne en despote sur ses sujets, les poules, les poulets et poulettes qu'il conduit, défend ou parfois menace. Emblème de l'ardeur, il tient sa réputation des combats furieux qu'il livre à ses congénères lorsque l'ardeur des deux coqs les porte en même temps sur la même femelle, le plus fort empêchera les autres d'exercer leur état.

Pour les petits élevages, ne conservez qu'un seul coq ou pas du tout, pour ne pas déranger les voisins. Sans coq, les poules vont pondre tout aussi régulièrement. Le ratio est d'un coq pour 7 à 8 poules, trop de coqs amène les bagarres meurtrières. À moins de 5 poules, un coq peut épuiser les poules.

Un coq chante pour affirmer son autorité sur ses congénères et l'entourage. Il sécurise le poulailler et harmonise la vie des poules.

Synonyme d'amour maternel, la poule quant à elle, est plus pacifique, mais défend avec courage sa progéniture. Chez les jeunes sujets, on observe l'instauration d'une hiérarchie précise qui s'établit au cours de combats, parfois meurtriers; les vainqueurs s'octroient le droit de donner des coups de becs aux vaincus ou de manger avant eux. Une surpopulation dans un poulailler et un enclos trop petits, amêne les batailles qui vont jusqu'au cannibalisme.

Une poule chante pour dire fièrement qu'elle vient de pondre un oeuf.

A ce propos, notons que ce n'est pas le cas pour le coq, dont l'appétit sait attendre jusqu'au moment où toute sa cour s'est mise à picorer. Il mange en dernier en surveillant la venue potentielle d'un prédateur. Lorsqu'il découvre quelque chose d'intéressant à manger, il appelle les poules pour leur en faire cadeau.


coq gaulois


rejeangenest@hotmail.com
Copyright © 2000, Les Beaux Jardins
Ver. 2.5 -- Révisé -- 17 février 2016