L'agriculture urbaine
Jardiner à balconville
Les Jardiniers en cavale

proclament leur droit de jardiner en ville

Site des références
Les Beaux Jardins

Sites des chroniques
L'agriculture urbaine

.

Jardinons avec...

.

Les jardins potager

.

Les jardins de fruitiers

.

Les jardins de fleurs

.

Aménagement paysager

.

Les oiseaux au jardin
L'élevage des abeilles en ville

Une ruche en ville, c'est possible.

Les ruches sont distancées d'au moins trois pieds, à l'abri du vent, le long d'une clôture, d'une haie ou d'un mur chauffé par le soleil, assez loin des grandes nappes d'eau. La ruche peut être aussi placée sur le toit d'un édifice si celui-ci est protégé par un mur voisin.

Placez la ruche à l'abri de toute circulation, des animaux, des voisins et des enfants. De toute façon si un indésirable s'en approche, il s'en souviendra longtemps...

Les bienfaits des abeilles en ville.

Les abeilles favorisent la pollinisation des fleurs, donc tous les voisins des alentours qui possèdent des fruitiers ou un potager en bénificieront par une production accrue de fruits et de légumes.

À chaque jour, les abeilles choisissent une sorte de fleur et ne butineront que celle-ci toute la journée. 85% des végétaux sont pollinisés par l'intermédiaire des abeilles. Elles parcourent plusieurs kilomètres à chaque jour pour remplir leur besace.

Les abeilles n'attaquent pas les humains ni les animaux sauf si leur ruche ou elle-même est menacée.

Je préfère voir des abailles butiner dans mes fleurs que les guêpes, les bourdons ou les frelons, elles sont moins dangereuses, elles occupent la même niche écologique. Donc plus d'abeilles signifie moins de guêpes.

Les abeilles se répartissent en trois castres bien déterminées : tout d'abord les ouvrières, les plus nombreuses et les plus petites (1 cm); les mâles ou faux-bourdons, les plus massifs, en nombre limité; la reine l'unique femelle féconde, plus élancée et d'une taille (1,5 cm) légèrement supérieure aux faux bourdons.

Morphologie de l'abeille

Le corps de l'abeille comprend trois parties : la tête, le thorax et l'abdomen.

La tête comprend deux gros yeux à facettes et trois ocelles qui sont les organes de la vue. Deux antennes fines et recourbées sont les organes olfactifs. Les pièces buccales sont du type lécheur-suceur. La langue est une trompe pour prélever le nectar.

Le thorax est constitué de trois segments supportant chacun une paire de pattes en plus de duux paires d'ailes fixées sur les deuxièmes et troisième segments. Les pattes sont adaptées à la récolte et à l'entreposage du pollen.

L'abdomen est composé de sept anneaux à l'intersection desquels se trouvent les glandes cirifères. Le dernier anneau porte un aiguillon vénimeux ou dard.

Les mâles sont dépourvus du dard, des glandes cirifères et des corbeilles réceptrices du pollen. À part la fécondation de la reine, les mâles sont inutiles. Ils sont massacrés par les ouvrières à l'approche de l'hiver.

La reine ne possède qu'une courte trompe, n'a qu'un embryon de corbeilles et son dard lui sert de tube de ponte. Elle peut pondre mille à deux milles oeufs par jour.

La reine est gavée par les ouvrières de bouillie de pollen et de gelée royale.

La ruche

L'intérieur d'une ruche
La ruche divisible type se compose d’un empilement de caissons, ouverts au-dessus et en dessous.

Cet empilement repose sur un plancher, débordant sur un côté, et constituant une plate-forme, appelé planche d'envol. C’est par là que les abeilles sortent de la ruche et y rentrent.

La première caisse porte le nom de corps de ruche: c’est le domaine privé des abeilles. Tout ce qui est entreposé dans le corps appartient aux abeilles, il contient assez de provisions pour qu’une colonie d’abeilles passe l’hiver.

Un paillasson est placé entre la première caisse et les autres. Il limite l'accès aux caisses du haut aux ouvrières et empêche les faux-bourdons d'accéder aux réserves de miel et à la reine d'y pondre ses oeufs.

Les caisses suivantes sont des hausses, c’est le domaine de l’apiculteur, d’où il tire le miel. Elles sont de hauteur variables selon le choix de l'apiculteur : miel à vendre en petits rayons ou miel à extraire par centrifugeuse dans des rayons plus grands.

Le tout est assorti d’un couvercle, dit couvre-cadre avec des trous pour l'aération et, pour finir, d’un toit qui protège la ruche de la pluie.

Le corps et les hausses contiennent des cadres suspendus verticalement, sur lesquels les abeilles vont bâtir leurs rayons. Ces cadres sont amovibles: l’apiculteur pourra les sortir un à un de la ruche. Il pourra les remplacer, les placer dans une autre ruche, vérifier l’état de la colonie...

Les différents modèles de ruches se distinguent par leurs dimensions et le nombre de leurs cadres.

Les cadres amovibles permettent d'intervenir dans la ruche sans la détruire. Les rayons construits par les abeilles peuvent être facilement extraits et remis en place. Ils sont bâtis dans les cadres, ou suspendus à des barres ou barrettes sur lesquelles l'apiculteur a placé des amorces de rayons


rejeangenes@hotmail.com
Copyright © 2000, Les Beaux Jardins
Ver. 2.5 -- Révisé -- 17 février 2016